Une erreur souvent faite dans nos dou’as

Vous connaissez sûrement l’histoire d’Aladin et de la lampe magique avec le génie qui exhausse 3 vœux … Il y a quelques temps, mes enfants parlaient de cette histoire et se disaient qu’Aladin n’était pas intelligent, qu’il ne savait pas bien choisir ses vœux, qu’à sa place eux sauraient exactement quoi demander. Je les écoutais amusée en me rappelant  que moi aussi j’avais eu cette réflexion à leur âge, et comme moi ils en étaient arrivés à la même conclusion : " Si j’avais la chance d’avoir un génie qui exhausse 3 de mes vœux,  le premier vœu à faire serait évidement d’avoir des vœux illimités !!! Ensuite seulement les choses sérieuses commenceraient ^^  ".
Alors évidement le génie n'existe pas et il n’exhaussera aucun de nos vœux mais je n’ai pu m’empêcher de faire le parallèle avec l’invocation et la manière dont nous la faisons et que peut-être nous aussi nous ne faisons pas comme il faut pour en profiter pleinement.

Quand on y pense, la dou’a (invocation) est vraiment un trésor qu’ALLAH nous a donné, mieux qu’une lampe avec un génie ^^. Dans le coran Il est dit « Et votre Seigneur dit: Invoquez-Moi, Je vous répondrai (…) » (S.7/V.55) ou encore « Et quand Mes serviteurs t'interrogent sur Moi alors Je suis tout proche: J'exauce la demande de celui qui M'invoque quand il M'invoque. (…) » (S.2/V.186)
C’est quand même incroyable de se dire que Le Créateur des cieux et de la Terre, du monde visible et invisible, Celui qui détient toute la richesse et toute la puissance nous dise dans le sens « demandez-moi que je vous donne ». Mais est-ce qu’on en profite réellement ? Est-ce qu’on demande vraiment pour qu’ALLAH nous donne ? … Il suffit de regarder la manière dont nous faisons dou’a pour se rendre compte que nous n’en tirons pas complètement profit.
Nous limitons nos dou’as de plusieurs manières alors que nous nous adressons à Celui qui ne connaît aucune limite.

1/ Nous limitons les domaines pour lesquels nous invoquons

D’une manière générale on a tendance à faire dou’a pour certains domaines et pas du tout pour d’autres. Par exemple, quand on est face à une difficulté face à laquelle on se sent impuissant, qu’on a tout essayé en vain, on commence à faire dou’a. En revanche, quand il s’agit d’un domaine pour lequel on se sent « capable », qu’on a les moyens de le résoudre on ne fait pas dou’a.
Le Prophète (pbsl) nous a recommandé « Demandez à votre Seigneur ce que vous avez besoin, même les lacets de vos chaussures ».
En réalité, que l’on se sente capable ou non, que l’on ait les moyens ou non, la solution viendra toujours d’ALLAH, ce sera toujours Lui qui pourvoira pour les petites choses comme pour les grandes et avec autant de facilité pour les deux.

 

2/Nous limitons les moments dans lesquels nous invoquons

Nous avons tendance à invoquer beaucoup plus dans les moments de difficulté et beaucoup moins dans les situations de facilité pourtant nous avons autant besoin de l’aide d’ALLAH dans les deux situations. Nous sommes aussi faibles et impuissants que l’on soit éprouvé ou non, nous dépendons du décret d’ALLAH que nous soyons en difficulté ou bien que tout nous sourit.
Le Prophète (pbsl) a dit : « Reconnais Allah dans l’aisance, Il te reconnaîtra dans la difficulté » (rapporté par Ahmed)

3/Nous limitons la portée de nos invocations

Quand nous faisons dou’a nous avons tendance à limiter la portée de notre do’as en fonction de notre vision des choses, de ce que nous considérons possible ou non. Mais nous nous adressons à ALLAH et à Lui rien n’est impossible. Par exemple si vous êtes étudiant pourquoi vous limiter à demander seulement la moyenne à vos examens … ? Vous vous adressez à ALLAH, qui détient TOUTE la science, qui la donne à qui Il veut, qui rend facile ce qui est difficile … Il peut vous permettre de d’avoir des résultats excellent, de libérer vos capacités, d’être parmi les meilleurs. Mais vous ne vous en sentez pas capable donc vous ne demandez pas, vous n’essayez pas alors qu’avec l’aide d’ALLAH rien n’est impossible, que ce soit ici-bas ou dans l'au-delà.

Faire dou'a avec la conviction et la certitude qu'ALLAH est capable d'y répondre, que ce soit pour des choses de ce bas monde ou de l'au-delà, pour des choses simples comme pour des choses qui nous semblent hors de portée c'est aussi renforcer sa foi. C'est se rappeler que nous sommes faibles sauf celui à qui ALLAH donne de la force, que nous sommes perdus sauf celui à qui ALLAH accorde la guidée, que nous sommes tous ignorants sauf ceux à qui ALLAH accorde le savoir.

Marie.

Leave a Reply 6 comments